La naissance d’un libertin partie 3

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

La naissance d’un libertin partie 3Et Yves me diriez-vous?Si je ne m’en souciait guère, Leila ne tarda pas à me dire qu’elle lui racontait tout et que lorsqu’il était à la maison il se branlait derrière la porte en nous écoutant ou en regardant par le trou de la serrure… C’est ainsi qu’incidieusement, elle me proposa de le laisser assister à nos ébats. Les premières fois, il se mettait sur un fauteuil dans un coin, il nous regardait tout en se masturbant et dès qu’il avait jouit nous laissait à nos affaires. Puis le fauteuil fût de plus en plus proche de nous, jusqu’au jour où il resta debout à côté de nous toujours une main sur sa queue et l’autre vagabondant sur Leila alors que je la sodomisais en levrette hardemment. Je m’étais habitué à sa présence et si au début voir sa queue gonflée à mes côtés me gênait, c’était devenu naturel et parfois même alors que Leila glissait ses doigts entre mes fesses j’imaginais que c’était sa illegal bahis queue bien que je n’ai aucune attirance pour les hommes. Ce manège ne dura pas plus de deux semaines avant qu’Yves ne commence à me caresser le dos, la nuque voyant que je ne disais rien, la fois d’après il se fit plus curieux me caressant les fesses, les couilles pendant que je prenais Leila en levrette, ses mains sur moi ne me gênaient pas ou plutôt plus. Il profitait de nos corps fievreux, se branlait et jouissait sur les fesses ou les seins de sa femme, parfois lèchait le sexe de Leila après que je l’ai prise. J’étais l’étalon de sa femme et comme tout bon propriétaire équin, il tatait la bête, testait sa vigueur, enfin c’était tout du moins ce que je pensais… En fait il me préparait habilement à accepter bien plus, j’étais prêt sans le savoir et un soir alors que ma langue fouillait l’entre-jambe de Leila, il vint se poser à genoux derrière mon illegal bahis siteleri cul à hauteur de sa bouche et se mit à me lécher des couilles au fion, je dois reconnaître que la caresse était divine et que je ne l’ai nullement repoussé, il me gobait les couilles, glissait ses doigts en moi puis y plantait la langue avant de revenir sur mes couilles. C’était si bon que j’ai dû me dilater au point qu’il ait pris çà pour une invitation et alors que j’avais toujours le clito de Leila sur le bout de la langue il enfonça son gland lentement en moi, petit à petit jusqu’à la garde, faisant de lents va et vient… Ce n’est que lorsque Leila d’une voix narcoise me dit “enfin tu te laisses enculer petit cochon” que je compris que tout était savament orchestré et qu’ils avaient faits de moi leur Toyboy, lentement mais sûrement ils m’avaient modelé à leur envie et le pire dans tout çà c’est que j’y prenais un plaisir immense. canlı bahis siteleri En un peu moins d’un semestre de Fac, ils avaient transformé un jeune hétéro gauche mais fier, en un objet sexuel sans tabou ni limite sinon celle du plaisir partagé. Si on peut parler de dressage, ce n’est pas du tout dans le sens SM, je n’étais pas leur larbin, leur lopette, j’étais leur amant, dans un certain sens leur pute aussi car sans la necessité d’être nourrit et logé rien ne serait arrivé. Le terme pute n’est pas galvaudé car honnêtement sans la peur de me retrouver à nouveau à la rue, je n’aurais pas accepté aussi facilement qu’il soit présent lors de mes parties de jambes en l’air avec Leila, pas accepté qu’il me touche, pas accepté qu’il m’encule bien que j’y ai très vite pris du plaisir. Les semaines qui suivirent furent difficiles à gérer intellectuellement, j’étais pris entre deux feux, d’un côté la honte d’écarter les fesses à chaque sollicitation d’Yves, de l’autre l’envie de baiser Leila si puissante que j’acceptais tout. Les semaines passèrent, la honte s’estompa et les plaisirs se décuplairent… J’étais devenu BI et je prenais ainsi mon pied, j’étais prêt pour leur phase 2.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20