L’invitation

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

L’invitation23 juin 201721h00Je fonçais avec ma nouvelle audi sur la rocade pour me rendre chez mon manager, un simple dîner entre amis.21h20C’est une grande propriété vinicole, un château comme on dit dans le Bordelais. Je descend de la voiture, ouvre la malle et prend un magnifique bouquet de rose rouge pour la maîtresse de maison et un sac de sport garni de la nouvelle collection HOMMBODY. Après le dîner, nous avions, mon manager et moi, prévu de travailler dessus avant le lancement de la production en masse.21h30Un majordome m’ouvre, j’attends dans le vestibule.21h30Bobidicool déboule, devançant son épouse, un large sourire au livre : “Salut Cedex, ne soit pas intimidé, je t’invite à la bonne franquette. Je te l’avait promis : j’ai parlé de ta façon de me convaincre, ma femme rêvait de te rencontrer. Tu sais que ça l’a fait mouiller !”. Rita, Cedex. Cedex je te présente Rita.Sa femme, une brune piquante dont la tenue, provocante, pouvait faire bander n’importe quel gay : une poitrine opulente, des formes généreuses, une robe rouge moulante et fendue jusqu’en haut de la cuisse, des escarpins noirs vernis , de longs cheveux bruns relevés négligemment et tenus avec une pince de fortune. Elle absorbait mon regard. Nous nous avançâmes dans un salon, plutôt classique. La soirée commença au champagne.21h45Impossible de ne pas parler Boulot…et pourtant, Rita se faisait de plus en plus provocante. Elle jouait à “Sharon Stone” dans Basic Instinct : elle croisait et décroisait ses jambes, à fréquence biens plus que raisonnable : je voyais bien l’effet sous le pantalon de Bobidicool, sans parler de l’effet que la situation produisait sur moi. 21h50Elle attaqua la première : “Vous m’ennuyez avec vos discours, passons à autre chose”. Elle versa un peu de champagne dans son décolleté et enchaîna “Oups, qui se dévoue : je suis toute mouillée”. Bobidicool se leva se dirigea vers sa femme : avec illegal bahis sa langue, il commença à lécher sa peau au champagne puis délicatement sortit un sein de sa robe. Elle écarta les jambes, laissant deviner sa toison. Bobidicool me regarda fixement. Tel un chien, je me mis à genoux puis avança à quatre pattes vers cette chatte en demande. Pour ajouter à l’excitation, j’exhibais bien ma langue, cette langue qui allait lécher, aspirer, sucer le sexe de Rita…22h00Coincé entre les jambes de la robe rouge, je sentis Bobidicool se levait. Cet enfoiré coupa avec une lame de rasoir mon pantalon : je me retrouvait la fente à l’air. Il plongea sa main : il tira sur mes couilles…me massa la rondelle sans délicatesse puis me pénétra avec un doigt, ce même doigt qu’il fit lécher à Rita. Le ton était donné : Se préparait la soirée la plus dépravée à laquelle j’ai assisté.22h10Rita se leva et sortit de la pièce. Bobidicool me mit dans l’ambiance : “Ce soir, Cedex, tu es notre instrument sexuel. Tu ne le regretteras pas.” Il engouffra sa main dans la fente de mon pantalon et me caressa mes fesses, une façon de me rassurer peut-être. Puis, il retira ma veste, déboutonna ma chemise, retira ma ceinture et mon pantalon. Il retira également mes chausettes et mes chaussures. J’étais nu, en demi-bandaison. Ma queue, il la branla quelques secondes, juste pour son plaisir de toucher une vrai bite. Puis on passa à l’étape d’après. Il commença par me mettre un collier de chien en cuir, clouté. Il m’enfila un jockstrap en latex puis par dessus un chapscuir. Il m’attacha les mains avec des menottes, de cuir également et me mit une cagoule, mais entièrement opaque (je ne pouvais rien voir). IL me laissa pied-nu. J’aurais imaginé des boots pour parfaire ce look SM. Il attacha une laisse au collier et me guida dans une autre pièce. 22h15C’était la salle à manger. Un dîner au chandelle était installé sur illegal bahis siteleri une longue table rectangulaire. Rita était en bout de table. Bobidicool me fit asseoir, par terre, entre eux. Il retira une partie de la cagoule, celle qui me permettait de voir la scène. J’étais devenu leur chien domestique. Sur la table un chandelier en bronze, de la vaisselle de luxe…Pendant qu’ils prirent une coupe de champagne, mon Hôte me laissa sa main à humer et lécher : je rentrais dans leur jeu, trop excité. Toujours menottés , Rita me fit manger une tranche de foie gras. Elle repris la parole : “Il parait que tu suces comme un Dieu ; j’étais pourtant l’Indétrônable” ; Tu vas payer pour ça, pour avoir fragilisé notre couple”. Je me demandais si cette soirée était un simple jeu sexuel ou si j’étais l’objet d’une vengeance d’une femme amoureuse”. 22h25Bobidicool me désaltère avec du champagne22h30Bobidicool se lève. Rita commence à lui masser ses couilles. Bobidicool écarte légèrement les jambes. Rita gobe son sexe turgescent. Elle s’en étouffe. Bobidicool me fixe dans les yeux. Excité je m’approche : pas question d’être simple spectateur. Ficelé par les menottes, je partage cette queue avec Rita : nos langues s’emmêlent autour du gland, elle s’occupe de la base pendant que j’aspire son gland. Rita en suçant son mari, me saisit la bite et la branle : ses gestes ne sont pas doux mais ce mélange de plaisir et douleur me rend fout.22h35Rita s’éclipse. J’ai la bite de Bobidicool pour moi seul, cette énorme queue de 17 cm. J’en avais adoré le goût la première fois, je retrouvais, là, la même sensation. Je mouillais comme un fou : du liquide pré-spermatique coulait de ma queue. En temps normal, j’aurais récupérer ce si bon liquide avec mes doigts, et l’aurais avalé avec délectation.22h42Rita reviens, presque nue. Enfin, pas tout à fait nue : équipée d’un gode-ceinture et talons aiguilles. canlı bahis siteleri Je m’occupais des 2 sexes : la bite de Bobidicool et le gode de Rita – même taille mais un peu plus épais. Le couple, pendant que je m’occupais de leur pieu se roulait des pelles. 22h59Bobidicool me saisit pas le collier et me releva. Rita monta sur le table, s’allongea sur le dos. Le message était clair. Je devais m’empaler sur le god.Les menottes me firent enfin retirer. Je monta à mon tour sur la table. Il me lubrifia avant de me guider en direction de cette queue. Je me suis loupé et à tort, voulu l’empaler trop loin : la douleur me paralysa. Je tendit mon cul vers mon manager pour qu’il détende mon orifice. Pendant ce temps, ma bite était calée entre les seins de Rita, qui me caressait lentement. Je sentais les doigts me fouillaient. Sur la deuxième tentative, j’y alla doucement et il ne m’a pas fallu plus de 5 minutes pour être complètement assis sur le strapon. Bobidicool, quant à lui, pénétra sa femme. Je sentais son torse contre le bas de mon dos, je le sentais aller et venir.23h20Bobidicool changea de trou. C’est avec frayeur que je sentis la queue de Bobidicool se frayer un passage : 2 bites dans le cul : je n’avais jamais fait. Je n’avais même pas essayé le fist encore. Je n’aurais pas voulu voir mon trou, béant probablement. Je ne bougeais pas, seul Bobidicool allait et venait en moi. 23h25Il sortit sa queue, pénétra Rita et dans un râle de taureau l’inonda de sperme. Tel un affamé, j’eus le droit de lécher la chatte de Rita pour avaler ce jus, mélange de sperme et de mouille. 23h31Je lécha la chatte de Rita à l’a faire jouir. Bobidicool me suça la bite. A sa maladresse, j’avais la certitude qu’il n’avait pas sucer autant du queues que moi. C’était un novice.23h34Pour finir, c’est Rita qui me masturba. Bobidicool était là à genou, la langue tendue prêt à recevoir mes giclées de sperme. Ce jus fut abondant : il en avait partout, sur la langue, sur le front, sur les paupières…un nettoyage en règle s’imposait. Rita m’aida. Nous nous roulâmes des pelles avec le gout puissant de mon sperme.Le lendemain, je me faisais virer.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20