Une fille qui a… du piquant (chapitre final)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Une fille qui a… du piquant (chapitre final)Le lendemain, je me fais porter pâle, je ne pouvais plus marcher correctement, et je n’avais plus la tête au boulot. Il me fallait du fric pour vendredi prochain. Je commence à appeler des potes, qui trouvent étrange que je leur demande du fric, chose que je ne le faisais jamais. La plupart m’ont dépanné de petites sommes, mais au total c’était pas mal. J’ai bradé quelques bibelots aussi. Dès lundi, j’étais prêt pour la prochaine séance. Je regardais un peu sur internet, sur les sites de cul pour voir si la vidéo n’avait pas été diffusée. Pour le moment, il n’y avait rien. Vendredi a tardé à venir, mais le voilà enfin. Même heure, même homme, même maison, même reine. J’avais tellement hâte. Elle me rassurait, je veux être à ses côtés, pas pour le sexe, pas pour le plaisir, mais parce qu’il y avait en elle une telle assurance, un tel contrôle de toute chose. Etre à ses côtés, être son jeu, attendre la moindre petite caresse, la moindre petite attention de sa part était devenu mon objectif, ma raison de vivre. J’étais devenu fou d’elle et de ses scénarios.A peine entré chez elle, elle me met à poil, me fait assoir dans un fauteuil. Puis elle m’attache les pieds, les mains et le cou à ce même fauteuil. Elle m’installe un système étrange pour bloquer mes paupières ouvertes : je ne peux plus fermer les yeux. Elle place quelques gouttes de collyre pour éviter qu’ils me brûlent. Elle installe sur mon sexe au repos, une cage de chasteté, il est confiné dans un espace réduit. Qu’a-t-elle encore inventé ? Je suis à la fois excité et angoissé. Un homme arrive, je le reconnais, 120 kg de muscles et un bras à la place de la bite. Ma reine se met à genoux devant lui et avale son chibre d’un trait. Comment a-t-elle fait ça ? Mon cul me fait encore mal, et elle n’a aucune difficulté pour l’avaler jusqu’à la garde ! Des petites mains qui sont derrière moi me mettent des gouttes de collyre, impossible de savoir qui est-ce. Je commence à être sérieusement excité, illegal bahis mais cette ceinture… mon Dieu, elle me fait mal ! Au bout de quelques instants, l’homme s’allonge sur le sol. Ma reine s’empale sur lui en reverse cowgirl face à moi. Je vois parfaitement tout son corps monter et descendre, ses seins s’agitent quand ils ne sont pas écrasés par des mains, sa chatte suinte, son anus fait disparaitre ou apparaitre une énorme queue black. En fait il n’y a que sa tête qui ne bouge pas, elle a les yeux fermés, elle se concentre pour apprécier chaque millimètre de cette rampe de lancement. Sa bouche est ouverte, pour mieux respirer… du moins jusqu’à ce qu’un deuxième homme, auquel je n’avais pas fait attention, y glisse une bite tout aussi impressionnante. Je suis au bord de l’explosion, mais je ne peux pas bouger et mon sexe remplit déjà le peu d’espace laissé par cette cage. Je n’en peux plus. Les petites mains qui me mettaient du collyre commencent tout doucement à me caresser le cou, le torse, le ventre, l’entre-jambes, les cuisses…puis elles remontent et recommencent. Plaisir intense et frustration totale, je veux jouir !!! Ma reine se fait baiser par les 2 hommes maintenant, l’un est dans sa chatte et l’autre dans son cul. Elle hurle son plaisir, les trois corps se mêlent dans un fracas assourdissant, dans une tornade de luxure, ils baisent comme des bêtes sans la moindre retenue, sans la moindre fatigue. Ils transpirent et leurs transpirations font reluire leurs corps magnifiques. Je me rends compte que c’est la première fois que je la vois complètement nue : elle est belle, absolument splendide, et quel plaisir de la voir ainsi mise par 2 belles queues qui la méritent. La personne derrière moi passe finalement devant. Mes soupçons se sont montrés bons, c’était la jeune asiatique. Elle s’est mise face à moi, dos tourné, et elle se penche : en fait, j’ai sa chatte devant ma bouche et ma bite devant la sienne. Je commence à lécher fébrilement sachant que ça risquait de me faire illegal bahis siteleri bander encore plus. J’espérais qu’elle détache cette cage, mais en fait non. Elle donnait des coups de langue à travers la cage. C’est trop !!! J’ai joui ! Je ne pouvais pas bander mais j’ai éjaculé de toutes mes forces. 2 semaines de sperme se sont déversées tel un torrent à travers la cage. La jeune femme s’écarte, ça fait longtemps qu’elle ne m’a pas mis de collyre et mes yeux commencent vraiment à me brûler. Je vois les 2 mecs s’approcher de moi, bite à la main, je crie « noooooon ! ». Mais ils ne l’entendent pas ainsi et me lancent leur putain de foutre à la gueule, n’épargnant pas mes yeux.Je ne comprends pas cette fascination que j’ai pour elle, je ne comprends pourquoi j’attends toujours avec impatience ces vendredis soir. Je ne comprends pas que je n’ai même pas un petit peu envie d’arrêter ces conneries, mais il faut se rendre à l’évidence, je perds le contrôle de ma vie entière, pas seulement de ces séances. Je suis de moins en moins performant au travail, ce qui m’a valu un avertissement très explicite de mon patron. Mes potes me font la gueule parce que je ne fais plus rien avec eux, parce que je leur dois du fric. Mon appart se vide au fur et à mesure. Je n’ai plus de vie sociale, pas de vie sentimentale, et ma vie professionnelle est de plus en plus compliquée. Merde, il faut que je réagisse. Allez, juste une derrière fois, et à la fin, je dirais le code « champignon », pour signifier que je m’arrête. De toute façon, je n’ai presque plus rien. J’arrive malgré tout à réunir l’argent mais très difficilement, c’est la dernière fois.Le vendredi suivant, l’homme ne me propose pas de cagoule. Etrange. Je vois parfaitement le chemin et on arrive à la fameuse maison. J’entre et elle m’accueille en tenue tout à fait normale. Pas de séance ce soir ? On s’assoit et on parle. Elle se présente, je ne connaissais toujours pas son prénom. Elle m’explique qu’elle travaille pour un réseau canlı bahis siteleri privé de riches amateurs de films sado masochistes. Elle me dit que toutes les séances étaient retransmises en direct par internet chez des personnes qui avaient payées pour voir ça. Tous les scénarios étaient rédigés par eux à l’avance et parfois des ajustements se faisaient en live. Même la trans que j’ai baisé dans un parking de broîte, il y a des mois, était orchestré. Pourquoi moi ? J’avais répondu à une enquête, soi-disant anonyme, sur internet. Les questions étaient toujours à double sens. Les résultats ont montré que j’étais un soumis parfait, enfin, j’arrivais deuxième. Le premier n’avait tenu qu’une séance. Je suis le soumis qui est allé le plus loin dans le masochisme, qui s’est le plus transformé lors des séances. En fait, ils me filmaient même chez moi, des caméras avaient été installés lors de la première rencontre. Des personnes les désinstallent en ce moment même. Apparemment, ils refusent d’aller plus loin avec moi car il y a trop de répercussions sur ma vie réelle et ne veulent pas avoir un suicide sur les bras. Elle aussi a été remerciée. Mais, ces gens sont généreux et une partie de l’argent qu’ils ont versés nous revenait. Elle dépose alors plusieurs liasses de billets sur la table pour moi. Difficile d’encaisser tout ça. Je pensais bien que ma reine n’était pas exclusive à moi, mais de là à travailler pour d’autres et qu’ils me filment 24h/24 en plus…Je prends alors la parole pour lui expliquer le bien qu’elle m’apportait, que ma transformation était aussi due à toute la passion que je lui portais. On ne pouvait pas tout arrêter comme ça, je l’aimais ! Rien n’y fait, elle me dit qu’elle est enchantée de me connaître, mais qu’elle doit se rendre ailleurs parce qu’elle a d’autres propositions… Elle s’en va et je la regarde partir, mon monde s’écroule encore un peu plus à chacun de ses pas qui l’élo
igne de moi. A la porte d’entrée, elle se retourne et après un dernier sourire, un petit clignement d’œil et je la vois poser discrètement un petit papier sur la table d’entrée… J’ai compris, on est encore filmé ! A bientôt ma reine, ma belle, ma chérie.Aujourd’hui, je vous ai raconté la fin de l’histoire de ma raconte avec Milla, ma femme.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20