Vacances d’été chez mamie et … papy 4 fin

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Vacances d’été chez mamie et … papy 4 finManon avait retrouvé les culottes des deux filles, souillées de spermes, de mon sperme et de celui de Georges. Elle voulait une explication. – je vais tout vous dire mais il faut que ça reste entre vous et moi.Tout en disant ça je me rapprochais de Manon pour lui parler le plus bas possible pour que personne ne nous entend. – quand tout le monde sera couché, vous viendrez me rejoindre sur la terrasse je vous expliquerai tout.Comme prévu, une heure plus tard Manon arrive. Elle ne voulait pas avertir son mari de notre rendez vous, elle s’était habillée comme si elle allait se coucher. Elle est vêtue d’une nuisette courte en dentelle et d’une robe de chambre fine style japonaise. Elle a le visage grave, en s’approchant de moi.- bon alors papy, c’est quoi votre explication ? Et je ne veux aucun mensonge. – venez avec moi ça évitera qu’on réveille tout le monde.On se dirige vers le petit cabanon au fond du jardin. – je pense que mes petites filles aiment beaucoup leur papy. Et la situation à fait qu’il y a eu des rapprochements.- des ? Vous avez ça plusieurs fois ?- juste deux !- papy c’est deux fois trop ! Même si elles ont été adopté, se sont quand même vos petites filles ! Vous avez pas honte ?- honte ? Pourquoi avoir honte ? C’était le moment qui a voulu ça ! Pourquoi se poser toujours d’éternel question ? Je ne suis plus jeune, à mon âge il m’en reste moins à faire que ce que j’ai déjà fait, mais j’ai encore des envies. Et je ne veux pas tromper Huguette, donc je pensais qu’avec Marie et Coralie, je ne trompais ainsi pas votre mamie. Et de toute façon on ne fait absolument plus rien ensemble. – même si je vous comprends, ce n’est pas une raison. – vous comprenez quoi ?- le désir, votre fils ne me touche plus, enfin pratiquement plus. Je pense qu’il a une maîtresse. Elle se met à pleurer. Je me rapproche d’elle et la prend dans mes bras pour la consoler. Je la sers contre moi.Elle avait tout juste 40 ans. C’est une magnifique femme. De sublimes yeux verts, cheveux noires, de belles formes généreuses avec de beaux seins, des fesses fermes.- je ne le comprends pas, vous êtes belle et charmante- merci papy. Je depose un bisou sur son front, pour la consoler, un deuxième sur sa joue salée encore humide de ses larmes, un troisième proche de ses lèvres. – mais vous faites quoi papy ?- ne me dites pas que vous n’avez jamais le goût d’être désiré.- bien sûr que si, mais güvenilir canlı bahis siteleri vous êtes le père de mon mari ! – justement ça sera comme si c’était lui.- non papy je ne veux pas, on peut pas, c’est pas bien.Je rapproche mes lèvres des siennes, elle tourne la tête pour les éviter. Je me recule. Sa fine robe de chambre est légèrement ouverte et laisse découvrir le haut de nuisette. On peut voir ses nichons à moitié découverts Elle voit que mes yeux observent bien son décolleté. Elle se réajuste.- ne vous genez pas, rincez vous l’oeil ! – regardez dans l’état que vous me mettez.Je descends mon pyjama et sors ma bite toute bandée. Je commence à me branler.- mais vous êtes devenu fou.- comme vos filles je vous désir. – mais moi pas et vous êtes trop vieux pour moi. Je me suis rapproché de Manon et pour une deuxième fois j’essaie de l’embrasser et cette fois elle ne tourne pas la tête, mais garde la bouche fermée. Je force le passage avec ma langue. Elle cède et ouvre ses lèvres. Je joue avec sa langue. Je la sens encore sur la réserve. Je pose une de mes mains sur son dos et une sur ses fesses. Je pousse son bassin contre le mien pour qu’elle sente mon érection. – papy vous faites quoi ?- je vais te montrer ce que je fais. Tu vas te mettre à genoux maintenant et arrêter de jouer la sainte.- mais ça va pas, si vous me touchez je cris.Avant qu’elle ai le temps de finir sa phrase je lui ouvre sa robe de chambre de force. La voilà juste en nuisette devant moi.- retires ça et tu vas me sucer.Elle enlève enfin sa nuisette. Elle est nue devant moi. Je l’admire. Me yeux reste fixer sur ses seins volumineux aux gros mamelons. Mon regard descend sur sa chatte, lisse, rose, aux lèvres intérieures. Me voilà enfin seul avec ma belle fille.Je sors ma queue bien dure et raide. À la vue de cette dernière, elle s’agenouille automatiquement. Comme mon fils ne la touchait plus, la vue d’une bite réveille en elle l’envie du plaisir et de l’excitation. Elle saisit mon pénis dans sa main et commence avec le bout de sa langue sur mon gland humide. Elle avance sa bouche sur ma tige pour l’avaler complètement. Elle fait ses va-et-vient pendant plusieurs minutes. Ses mains me soupèsent les couilles, elle donne également plusieurs coups de langues sur mes testicules.- mets ma queue entre tes gros nibards ! Elle s’exécute et écarte ses deux mamelles. Je glisse ma queue entre. Je fais des allers retours güvenilir illegal bahis siteleri et à chaque fois que ma bite dépasse, elle donne un coup de langue sur mon gland. – Putain que t’es bonne ! – qu’est ce que je suis en train de faire ? Je suis folle !- tu as juste le goût de te faire prendre comme une salope !Je la fais se lever. L’embrasse à nouveau. – donnes moi ta salive à goûter. Elle me donne sa langue bien mouillée à sucer ce que je fais avec les lèvres. Je lui caresse en même temps sa fente. Elle est toute trempée. Je peux lui insérer un doigt sans difficulté. Elle écarte même un peu plus les jambes. Je sens que l’excitation monte chez Manon, car son baiser est encore plus langoureux.- allonges toi ma belle.Elle s’asseoie sur le vieux fauteuil en cuir que j’avais dans mon cabanon.Je me mets à genoux devant elle. Manon pose ses jambes sur les accoudoirs et écarte ainsi bien ses jambes.Je plonge ma tête dans sa chatte. Je lui lèche littéralement sa fente. Je goûte sa mouille, elle est légèrement sucrée. Il y en avait tellement. J’insère ma langue dans sa moule. Elle gémit. – oh oui c’est bon. Manges moi la chatte. Tu as baisé tes petites filles et la tu baises leur mère. Tu es juste un salaud. – tu aimes ça. Tu mouilles comme une belle cochonne. Je monte sur son clitoris et je joue avec la pointe de ma langue dessus. Je fais d’abord des ronds autour, pour ensuite m’attarder sur son petit bouton qui avait doublé de volume. Avec ma main droite je lui malaxe son sein. Je tire sur son bout. Elle est excitée. Je lui insère un doigt, puis deux, puis trois et je décide de mettre mes cinq doigts dans sa chatte. Elle est tellement lubrifiée et sa chatte est grande ouverte que je peux lui pratiquer un fisting. Elle saisit mon poignet et donne le rythme à cette pénétration. Je n’en revenait pas, j’avais mon poing dans la moule dégoulinante de ma belle fille.Ce traitement dure plusieurs minutes, et la fait gémir tellement fort que j’ai peur qu’on nous entend.J’accelerais le mouvement et elle eu son premier orgasme puissant. Tout son corps se soulevait du fauteuil et des spasmes la traversaient.- tu es une vraie salope !- j’ai jouie comme jamais. – baises moi maintenant papy. Je prends ma queue en main. Je la fais monter et descendre tout le long de sa fente. Je pose mon gland à l’entrée de sa moule et m’insère en elle sans aucune difficulté. Je la rempli bien avec ma bite. güvenilir bahis şirketleri Je suis au dessus de ses seins que je prends en bouche. Je lui tête comme un enfant, je lui mordille, lui lèche chaque centimètre de son mamelon. Je lui donne des coups de bassin sec et puissant. Elle pose ses mains sur mes fesses, et me pousse bien contre elle pour bien me sentir en elle.- papy c’est tellement bon. Fais moi jouir une autre fois.- tu aimes en fin de compte les bites de vieux – oh oui j’aime ta vieille queue. – mets toi à quatre pattes ma petite traînée, je vais te prendre ton cul.- oooh papy, défonces moi.Elle se lève, se retourne et me présente son beau gros cul.Elle écarte bien ses fesses. Je dépose ma langue sur son anus et le lèche son trou. Elle se trém
ousse de plaisir. Je passe ma main par dessous jusqu’à ce que j’atteint sa chatte. Je prélève de sa cyprine que j’étale sur sa petite étoile. Une fois bien lubrifié, je mets mon gland sur son anus et je pousse délicatement. Ma queue rentre petit à petit. Son cul est plus serré que sa chatte. Elle pousse un petit cri de douleur, qui fait vite place à des gémissements de plaisir. Je la tiens par les hanches. – je te sens bien. Défonces moi. Je veux jouir du cul.- ton cul est tellement bon ma salope – oh oui papy je suis ta chienne, ta salope. J’accélère le mouvement. Ma queue coulisse de plus en plus vite dans son trou. Elle gémit de plaisir. Elle se caresse son clitoris en même temps. Je lui donne un de mes doigts à sucer. Elle le tête comme si c’était une bite.Je lui mets une claque sur sa fesse. Elle pousse un petit cri. Cette situation m’excite tellement. Plus je la défoncais plus elle en demandait.Ce traitement lui apporte un nouvel orgasme, tout aussi puissant que le premier. Elle essaie le plus possible d’étouffer son cri en mordant le dossier du fauteuil.De mon côté et à cette cadence je ne peux plus me retenir plus longtemps et je déverse dans le cul de Manon plusieurs jets de mon jus.Je reste en elle quelques secondes supplémentaires pour être certain de me vider jusqu’à la dernière goutte.Je me retire. Me rhabille. Manon en fait de même. On sort du cabanon en faisant le moins de bruit possible. En rentrant dans la maison et en bas des marches qui mènent à la chambre, Manon me dépose un baiser sur ls bouche. – merci papy, ce fut une très belle soirée et j’ai adoré me sentir désiré par un homme. Je comprends mes filles.Sans faire de bruit elle rejoint son mari. Elle se couche à côté de lui en sachant qu’elle avait en elle le sperme de son beau père, le père de son propre conjoint.Malheureusement durant les 2 semaines qu’il restait je n’ai pas eu l’occasion de baiser à nouveau avec mes nièces ou ma belle fille. Mais ce n’est que partie remise.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20